Portrait de Florian Frouin, DevOps lead – Alumnus Éstiam 2018

Image




"Quand je repense à l'Éstiam, je repense à l'esprit de camaraderie et à la bienveillance, à la fois des étudiants mais aussi des enseignants."

Florian frouin

Florian Frouin a été diplômé de l’Éstiam en 2018 et a décidé de mener sa carrière à l’international. À travers son interview, Florian nous partage son expérience professionnelle, son choix de mener sa carrière au Canada et comment l’Éstiam lui a permis d’y accéder. 

  • Peux-tu nous parler de ton poste ainsi que de ton entreprise ?

Florian Frouin : Je suis responsable de la gestion du DevOps et des stratégies attenantes au niveau corporatif de la Banque Nationale du Canada. Mon rôle consiste à proposer et à implémenter des solutions pour tout ce qui vient après l'écriture du code applicatif par les développeurs au sein de la banque. L'objectif c'est de tout automatiser.  Le code doit subir des analyses de sécurité, doit être compilé, packagé, déployé, puis une fois en production il est aussi essentiel de surveiller son bon fonctionnement. Les intérêts d'automatiser au maximum ces processus sont nombreux (diminuer le lead-time, améliorer la stabilité des services et leur sécurité, ...) mais il faut aussi trouver l'équilibre et donner aux équipes applicatives la flexibilité dont elles ont besoin. 

  • Pourquoi as-tu choisi d’aller au Canada ?

F.F : J’ai toujours voulu aller vivre au Canada. C’est un pays qui m’a toujours attiré notamment pour les saisons qui sont marquées et qui donnent l'opportunité d’accéder à un grand nombre d'activités en hiver comme en été. De plus, le marché du travail est prospère dans toutes les industries. La population est très cosmopolite et les gens sont accueillants. Il est aussi possible de travailler dans un environnement anglophone. Je projette de rester vivre ici et j'ai récemment entamé des démarches qui, à terme, me donneront accès à la citoyenneté canadienne. Partir vivre à l'étranger demande un peu de préparation, dans un premier temps j'ai demandé mon visa un an avant de m'installer. Dans mon cas, j'ai eu la chance de trouver un emploi en juillet, soit 5 mois avant mon arrivée. Tout se passe sur LinkedIn, d'où l'importance de le tenir à jour régulièrement. Je suis parti vivre au Canada 2 mois après la fin des cours.   

  • Pourquoi avoir choisi l’Éstiam ? 

F.F : J'ai choisi l'Éstiam car il me semblait important que l'enseignement soit appliqué. En informatique comme en maths, il est possible d'avoir un enseignement complètement déconnecté de la mise en pratique et, aussi intéressante que soit la théorie, je pense qu'il est plus agréable et plus efficace d'appliquer nos apprentissages pour en tirer le meilleur profit dans l'univers professionnel.

  • Raconte-nous un souvenir fort de l’Éstiam 

F.F : Avant tout, plutôt qu'un souvenir particulier, quand je repense à l'Éstiam, je repense à l'esprit de camaraderie et à la bienveillance, à la fois des étudiants mais aussi des enseignants. Mais s'il faut choisir, ce sont les Secret Santas que nous organisions lors des fêtes de Noël ou encore les crêpes que le BDE vendait le matin ! Bref, beaucoup de bons souvenirs !